Sauvons les animaux

Sauvons les animaux

Le Parc des Félins est très impliqué dans la sauvegarde des Félins et autres espèces menacées.

Cette mission tient beaucoup à cœur des responsables du parc qui investissent du temps, de l'énergie et de l'argent dans des programmes de conservation dans la nature et dans le parc.

Pour nous aider dans notre combat, rejoignez notre association !

Reproduction en captivité | Les programmes d'élevage

 

img_20_2

  • En 1982, sous l'impulsion des parcs de Rotterdam, Amsterdam et Anvers, les parcs zoologiques européens ont mis en place des Programmes d'Elevage afin de réguler et d'optimiser la reproduction des espèces maintenues en captivité.

    OBJECTIF DES PROGRAMMES : Constituer des populations viables de 250 à 500 individus par espèce en conservant, sur 150 ans, plus de 90% de la diversité génétique des individus fondateurs de la population.

 

 

  • En 1988, l'Association Européenne des Zoos et Aquariums (EAZA : European Association of Zoo and Aquaria) est créée. Cette association basée aux Pays-Bas dans les locaux du zoo d’Amsterdam (Artis Zoo) est depuis cette période l'organisation qui supervise le suivi des Programmes d'Elevage Européen et approuve la création de nouveaux.

 

  • L'EAZA distingue 3 niveaux d'approfondissement pour la gestion des populations captives :

 

Les Programmes d'Elevage Européen ou EEP

L'EEP est le niveau le plus élevé mis en place pour la gestion de la population captive d'une espèce au sein de l'EAZA. Chaque EEP est géré par un coordinateur. Ce coordinateur est assisté par un comité dont les représentants sont élus par les établissements hébergeant l'espèce concernée. Les espèces menacées d'extinction ou les espèces faiblement représentées en parcs zoologiques ont leur programme d'élevage.

Les Studbooks Européens ou ESB

Quand une espèce est en ESB, cela sous entend que la gestion de sa population captive est moins intensive que l'EEP. Les espèces placées en ESB sont moins menacées dans la nature mais risquent de le devenir. Les ESB peuvent devenir des EEP si leur statut in-situ change ou si le coordinateur estime que la gestion de la population doit être plus rigide.

Le simple suivi ou Monitoring

C'est le niveau le plus bas pour le suivi d'espèce au sein de l'EAZA, les animaux placés en "monitoring" sont peu menacés dans la nature et leur gestion en captivité n'est pas une priorité.

Il y a également des programmes dans les autres régions de la planète (programmes nord-américains, programmes japonais, programmes australiens, ...) et il y a aussi des studbooks internationaux (ISB) pour certaines espèces de félins comme les tigres, les panthères des neiges, les guépards et les caracals.

 

  • Chaque espèce est donc suivie par un coordinateur.

    Cette personne est généralement un directeur, un vétérinaire ou un biologiste d'un zoo membre de l'EAZA. Etre coordinateur, c'est être bénévole; cela signifie que toute personne travaillant dans un parc peut proposer ses services à l'EAZA pour gérer un programme d'élevage qui n'existe pas. Par contre, une fois le programme d'élevage crée et en cas de changement de coordinateur, le nouveau peut-être être choisi après des élections (surtout dans le cas d'espèces à effectif important).

     

    • La première tâche du coordinateur est de créer le studbook de l'espèce dont il s'occupe.

      Le studbook d'une espèce est un registre qui contient la liste de tous les individus de cette espèce qui sont toujours ou ont été hébergés en captivité depuis les 1ers animaux captifs connus. C'est à partir de ce registre que l'on peut appréhender la généalogie complète de la population captive. Ce registre mentionne tous les individus fondateurs connus (animaux jadis capturés dans le milieu naturel) et tous les animaux nés en captivité et précise les relations de parenté entre individus.


      La somme de travail pour créer le premier studbook d'une espèce est considérable puisqu'il faut contacter le maximum de parcs zoologiques (membres ou non de l'EAZA) et leur demander de fournir le plus de détails possibles [sexe, date de naissance, lieu de naissance, information sur les parents, moyens d'identification (tatouages, puce électronique, ...), nom, ...] sur les individus qu'ils ont actuellement et qu'ils ont hébergés par le passé. Le coordinateur doit ensuite compiler l’ensemble des informations recueillies dans SPARKS, le logiciel informatique d'ISIS qui gère les studbooks.


      Après cette première étape, le travail est moindre puisqu'il suffit au coordinateur de recontacter, à chaque début d'année, les parcs qui hébergent toujours cette espèce et d'enregistrer tous les mouvements qui ont eu lieu l'année précédente (naissances, morts, transferts, etc). Il ne reste alors plus qu'à éditer le studbook en version papier et/ou informatique pour ces parcs, pour les spécialistes de cette espèce et enfin, pour l'EAZA.

       

      Studbook 1 Studbook 2 Studbook 3 Studbook 4

      La création et le suivi d'un studbook nécessitent des qualités telles qu'une bonne organisation, une rigueur dans la saisie des données et il est nécessaire de parler parfaitement anglais !!!!

    • La seconde tâche du coordinateur consiste à gérer la population de l'espèce pour une conservation à long terme.


      Pour gérer la population de l'espèce dans l'optique d'une conservation à long terme, le coordinateur doit réaliser des analyses génétiques et démographiques de la population à partir des données du studbook. Ces analyses se font à l'aide des logiciels informatiques SPARKS et PM2000.


      A l’appui des résultats de ces analyses, le coordinateur dresse un plan d'action pour le futur de la population et fait des recommandations d’échange et d’élevage entre zoos. Ces recommandations doivent absolument être suivies dans le cadre des EEP. Il n'y a pas cette obligation pour les ESB.

      La plupart du temps, les jeunes animaux naissant dans un parc sont transférés dans d'autres parcs pour former de nouveaux couples reproducteurs (la séparation d'avec la mère ou le groupe se fait au mieux à l'âge de l'indépendance). Il est plus rare de transférer des individus adultes mais, chez certaines espèces comme le guépard, cela est nécessaire car les changements de partenaire stimulent la reproduction.


      Ces transferts ont pour but premier d'éviter la reproduction entre individus consanguins, il est aussi parfois recommandé de stopper (temporairement ou définitivement) l'élevage de certains animaux car ils ont déjà trop de descendants et leurs gènes sont bien représentés dans la population ou parce qu'ils sont trop consanguins.

      Pour réaliser les analyses génétiques et démographiques, le coordinateur doit avoir de solides connaissances en génétique moléculaire et génétique des populations. En effet, en 3 clicks, les logiciels utilisés peuvent éditer de nombreux rapports avec des quantités de chiffres et d'indices qui ne sont pas aisés à interpréter.

       

    • ISIS (International Species Information System) est une société informatique américaine qui propose différents outils pour la gestion des animaux de chaque parc, leur suivi médicalle suivi des transferts et la gestion globale des programmes d’élevage via ZIMS (Zoological Information Management System) une application web de dernière génération. Les parcs zoologiques doivent cotiser annuellement pour utiliser ces outils et c'est une des conditions obligatoires pour devenir membre de l’EAZA aujourd'hui. Avoir ses animaux enregistrés dans ZIMS est un gage de sérieux dans la profession...