Actus précédentes

Vol d'un bébé ocelot au Parc des Félins

Chers visiteurs réguliers ou occasionnels du Parc des Félins,

Madame, Monsieur,

 

C’est avec une grande tristesse que nous vous informons de la disparition criminelle du bébé ocelot femelle né le 27 novembre 2009.

 

En effet, cet animal qui était le dernier né de l’année 2009 a été dérobé dans notre établissement le vendredi 22 janvier en pleine journée ! Le grillage sectionné de la volière des ocelots ne laisse planer aucun doute quant au vol. Heureusement pour nous, les ocelots adultes paniqués sont restés en hauteur et ne sont pas enfuis de la volière !

 

Une plainte a évidemment été déposée à la Gendarmerie dans les plus brefs délais après la constatation de l’effraction et toutes les administrations traitant des animaux de faune sauvage (DDSV77, Direction Générale de l’ONCSF et antenne du 77, BMI CITES CAPTURE de Chambord, DIREN l’Île de France, PIF de Roissy, …) ont été averties à ce jour par fax et courrier. L’Association Européenne des Zoos et Aquariums (EAZA), les vétérinaires de Seine-et-Marne et des alentours ainsi que les compagnies aériennes ont également été prévenus.

 

L’auteur de cet acte innommable n’a pas encore été appréhendé et malheureusement, la probabilité de retrouver l’animal est très très faible car retrouver l’auteur est une tâche quasi-impossible, le bébé peut être dissimulé très aisément en cas de contrôle et cette espèce ne fait pas, par nature, beaucoup de bruit (miaulements ou autre). La vidéosurveillance nous offre une piste que les autorités essayent d’approfondir…

 

Ce petit ocelot qui a été enlevé à sa mère avant ses deux mois n’est pas complètement sevré et, du fait de son jeune âge, n’a pas encore été vacciné (il devait l’être dans deux  semaines). Il n’est donc pas immunisé contre le typhus et le coryza mais cet animal est identifiable électroniquement et repérable par des moyens modernes de repérage. Un bébé ocelot est déjà bien différent d’un chat domestique : il a une plus grosse tête, des pattes larges et des griffes déjà acérées ainsi qu’un pelage aux motifs caractéristiques (Son portrait récent figure ci-dessous). Au parc, nous sommes trois personnes à pouvoir l’identifier sans aucun doute et, pour information, il y a eu moins de 10 naissances d’ocelots dans les parcs zoologiques mondiaux en 2009. Ce petit devait rejoindre à terme un mâle dans un parc zoologique anglais pour former un nouveau couple reproducteur...

 

Si la personne ayant commis ce délit (ou le commanditaire) lit ces lignes, nous espérons qu’elle prenne conscience de son acte et du traumatisme causé à l’animal. Nous serions prêts à retirer notre plainte si l’animal est restitué dans les 6 jours. Après ce délai, ses parents ne pourraient plus l’accepter… Pour information, un ocelot adulte n’est pas un chat, il marque énormément son territoire d’une odeur très forte (urine et excréments), il griffe énormément de substrats et supports et peut devenir potentiellement dangereux pour des enfants mais aussi des adultes. A la maturité sexuelle, les félins sauvages sont difficilement contrôlables même pour la personne qui s’en occupe depuis le plus jeune âge... Nous avons par le passé recueilli un ocelot qui a été gardé chez un particulier pendant 6 mois avant que ce dernier ne se décide à le confier aux autorités… Et nous avons eu aussi connaissance d’ocelots chez des particuliers maintenus enfermés dans des caddies de supermarché ou des petites cages du fait de leur agressivité. Salvador Dali n’est décidemment pas un bon exemple !

 

Il est également important de préciser que l’ocelot est une espèce protégée au titre de la Convention de Washington (Annexe I de la CITES interdisant tout commerce) ainsi que par la loi française (Arrêté du 15 mai 1986). Quiconque possède un ocelot sans permis CITES est passible d’emprisonnement et d’amende. L’animal ne pourra jamais être régularisé ! Nous faisons donc appel à la raison : si le voleur ou le commanditaire souhaite faire marche arrière, il est encore temps.L’animal peut aussi bien être restitué au parc ou être déposé chez un vétérinaire qui en prendra soin avant de nous le remettre…

 

Nous faisons donc appel à votre vigilance et nous vous remercions de nous avertir si vous avez vu « un petit chat rondouillard au pelage inhabituel et au comportement étrange » ces derniers jours.

 

Si vous êtes confronté à l’animal au cas où le voleur le relâche dans la nature ou le dépose chez vous, sachez qu’il n’est pas manipulable aisément car il est rapide et possède déjà des griffes et des dents bien solides. Nous vous recommandons de le saisir avec des gants très épais, une épuisette ou en retournant un sac sur lui.

 

Si vous avez des informations à communiquer, merci de prévenir la Gendarmerie de Rozay-en-Brie et/ou Grégory Breton, Directeur adjoint et responsable zoologique du Parc, au 01.64.51.33.30.

 

Nous vous remercions d’avance pour votre soutien et espérons une issue positive à ce triste événement…

 

Toute l’équipe du  Parc des Félins

Nesles, le 23 janvier 2010

 

Image du petit ocelot prise le 17 janvier 2010 © Stéphane Adélaïde