Actus précédentes

8 naissances de félins parmi les plus menacés au monde !

UN NOMBRE IMPRESSIONNANT DE NAISSANCES !

Aujourd’hui, le Parc des Félins n’annonce pas une naissance exceptionnelle, comme le font beaucoup de zoos, mais 8 naissances primordiales, 8 naissances de félins parmi les plus menacés au monde !

En effet, ce parc, spécialisé depuis 1998 dans l’élevage de ces animaux, a enregistré au cours de ce printemps les naissances de 3 panthères de l’Amour, 4 tigres de Sibérie et 1 panthère des neiges ! Et il y en a d’autres à venir…

Il faut savoir que ces trois espèces et sous-espèces de félins sont extrêmement menacées à l’état sauvage : il ne reste que 30 panthères de l’Amour, 450 tigres de Sibérie et 4.000 à 6.000 panthères des neiges en liberté dans la nature ! Autant dire très peu et les spécialistes s’accordent à dire qu'elles figurent parmi les premières espèces de Mammifères à disparaître dans les 30 années à venir si le travail de sauvegarde réalisé sur le terrain depuis 20 ans n'est pas amplifié…


naissances2010_natasha
naissances2010_nikolai
naissances2010_t_siberie

Natasha, tigresse de Sibérie née en 1997

au zoo de Moscou et arrivée au Parc des

Félins à Auneau en 1998 © Grégory Breton

Nikolai, mâle né en 1996 au zoo

d'Helsinki et arrivé au Parc des Félins

à Auneau en 1998 © Serge Signore

Les 4 petits tigres de Sibérie

nés au Parc des Félins

le 2 juin 2010 © Grégory Breton

 

DES NAISSANCES D’UNE IMPORTANCE MONDIALE

Pour endiguer ce phénomène de disparition, les parcs zoologiques modernes travaillent ensemble depuis 20 ans et sauvegardent des populations captives saines de chaque espèce pour le futur. Les nouvelles naissances du Parc des Félins sont donc très importantes.

Grégory Breton, directeur zoologique du Parc des Félins et vice-président du groupe spécialiste des Félins de l’EAZA, commente ces évènements :

« Nous sommes extrêmement fiers de ces naissances car celles-ci étaient demandées et très attendues par les gestionnaires des Programmes d’Elevage Européens (EEP) et toute la communauté des parcs zoologiques.

 

naissances2010_charbin naissances2010_kayla naissances2010_p_amour

Charbin, mâle panthère de l'Amour né

en 1996 au zoo de Frankfort et arrivé

à Nesles en 2006 © Papillon

Kaïla, femelle née en 2006 au zoo

de Usti Nad Labem et arrivée à

Nesles en 2008 © Papillon

Les 3 petites panthères de l'Amour

nées au Parc des Félins

le 21 mai 2010 © Grégory Breton

 

Un exemple : notre femelle panthère de l’Amour qui a mis bas était la seconde femelle la plus importante à reproduire au monde, ses petits étaient donc très attendus et la gestionnaire du programme, Sarah Christie du zoo de Londres, est aux anges car nous avons 1 petite femelle et deux mâles !

Avec seulement 30 panthères de l’Amour à l’état sauvage, cette sous-espèce de léopard, originaire de l’est de la Sibérie, est au bord de l’extinction. Les parcs zoologiques ont un rôle primordial aujourd’hui car ils hébergent au total 180 individus avec un patrimoine génétique plus important que celui existant dans la population sauvage. »

Grégory Breton ajoute « Pour sauver cette panthère de l’Amour, de nombreuses personnes travaillent en ce moment sur la création d’une grande réserve où seraient réintroduites à terme une trentaine de panthères provenant de parents captifs. Les premiers relâchers devraient même débuter dans les 5 ans à venir et les panthères vivant au Parc des Félins pourraient être de bonnes candidates ! »

 

Les naissances de ces petites panthères de l'Amour sont si importantes pour les spécialistes que la BBC, célèbre chaîne productrice télévisuelle britannique, est venue disposer des caméras infra-rouges dans les box des panthères pour filmer leur comportement en vue d'un épisode de la série "Nature's Miracle Babies" !

 

naissances2010_acc_amour_j_camus

Les panthères de l'Amour pendant leurs premiers

ébats de 2009... © Joëlle Camus

Conception d'une nouvelle portée pour Nikolai & Natasha

qui avaient déjà eu 3 petits en 2002 © Serge Signore

 

 

PAS DE NURSERIE, LES FEMELLES SONT LES MEILLEURES MERES

Le Parc des Félins héberge ses animaux dans des conditions très proches de la nature, dans de grands enclos naturels avec arbres, plans d’eau, buissons… et les animaliers ont pour consigne d’interférer le moins possible pour que les mamans élèvent leurs petits toutes seules.

Patrick Jardin, le fondateur et directeur du parc, précise : « De part nos méthodes d’élevage et nos installations, nos femelles élèvent leurs petits en toute tranquillité et acceptent même la présence des mâles qui deviennent des compagnons de jeux supplémentaires. Chez nous point de nurserie, au contraire, c’est à mes yeux le reflet de l’échec d’un élevage naturel. Nos petits deviennent ensuite des adultes sains et sereins prêts à fonder d’autres couples en fonction des besoins de l’élevage.

Ces bébés, actuellement trop jeunes pour être visibles du public, sont élevés par leur mère respective dans leur loge douillette. Le public pourra découvrir leurs premiers pas dans leur enclos au début du mois de juillet (pour la petite panthère des neiges) et vers la fin juillet (pour les tigres de Sibérie et les panthères de l’Amour).

Ces naissances qui sont très touchantes et importantes ne doivent pas faire oublier que le Parc des Félins obtient plus de 20 naissances par an d’autres espèces également menacées et moins connues (chats rubigineux, margays, …). C’est le travail d’une équipe de passionnés qui, depuis 1998, a enregistré plus de 150 naissances viables !

UNE VOCATION AU-DELA DE LA REPRODUCTION


Le travail du parc ne se réduit pas à la reproduction de ces espèces menacées : le Parc des Félins a aussi une vocation pédagogique très forte. Patrick Jardin tient à aborder cette mission : « En accueillant plus de 230.000 visiteurs par an, le Parc des Félins se doit également d’expliquer au public pourquoi ces animaux disparaissent et ce que l’on peut faire pour éviter cela. En effet, en Europe, les consommateurs s’ils ne font pas attention à leurs achats engendrent la disparition des tigres et orangs-outans car plus de 50% de produits alimentaires contiennent de l’huile de palme, une huile issue de palmiers plantés à la place des forêts tropicales rasées…Les aficionados d’une célèbre marque de chips ou de pâte chocolatée à tartiner tuent des tigres sans le savoir !  Notre équipe d’animateurs explique cela au quotidien, nos restaurants vendent des produits sans huile de palme et nous espérons faire changer les habitudes des consommateurs venant voir nos magnifiques animaux ».

Pour conclure, la sauvegarde des tigres n’est pas simplement l’affaire des pays qui en ont à l’état sauvage, ni des parcs zoologiques, tout le monde est concerné. Vous pouvez aider le Parc des Félins dans sa mission de sauvegarde en rejoignant l’association SOS Félins & Co.(plus d'informations ici)