Actus précédentes

Tour du monde des nouveaux-nés 2015 au Parc des Félins

Cher public,

les naissances de l'année 2015 furent très riches, et surtout très inattendues. Beaucoup d'entre vous nous suivent sur facebook, et ont pu avoir la possibilité d'observer de nombreuses photos de ces nouveaux-nés.

Nous sommes heureux de faire un récapitulatif de ces naissances.

Au mois de mars, nous avons eu pour la seconde année consécutive, la naissance d'un manul (Otocolobus manul), Wuhan, une femelle qui est née le 24. Elle se porte bien, et est encore présente au sein du parc avec sa mère.

Au cours du mois de mai et pour la première fois dans l'histoire du Parc des Félins, nous avons pu assister à la naissance de 3 lynx du Canada (Lynx canadensis), puis  Aline, notre femelle lionne de Kruger ( Panthera leo krugeri), a donné la vie à 2 lionceaux, un miracle sachant que cette femelle est mère pour la première fois à 11 ans !!

Et pour compléter cette liste, 3 jeunes chats de Gordon (Felis sylvestris gordoni) ont vu le jour le 07 juillet, ainsi qu'un chat de Geoffroy le 13 du même mois. N'oublions pas également les nombreux lémuriens qui émerveillent chaque jour le public.

Comme nombre de félins, ces espèces font l'objet d'un programme d'élevage Européen. Rappelons ici le principe de fonctionnement de ces programmes :

Depuis les années 70, les parcs zoologiques considèrent les animaux sauvages qu'ils élèvent comme des individus importants qu’il faut absolument protéger. Grâce à cette prise de conscience, ils s’unissent au-delà des frontières et travaillent ensemble pour la sauvegarde des espèces menacées dans le cadre de programmes d'élevage. C'est ce que l'on appelle la CONSERVATION EX-SITU, c'est-à-dire la conservation en dehors du milieu naturel.

Ces programmes sont ensuite coordonnés sur le plan international, conformément à des principes biologiques rationnels, en vue du maintien ou du rétablissement de populations viables à l'état sauvage.

Ils ont donc été d’une extrême importance pour l’accroissement des populations en captivité, ainsi que pour le maintien d’un patrimoine génétique cohérent. De nos jours, les populations captives sont dans l’ensemble suffisantes pour une réintroduction possible dans le monde sauvage, car la reproduction n’est que la manifestation du besoin physiologique de se reproduire. Les naissances en parc zoologique n'ont donc rien d'exceptionnelles pour une majorité des espèces élevées aujourd'hui.


Ermelo et Madiba, les deux lionceaux de Kruger 2015 © Jack Hurault
Ermelo et Madiba, les deux lionceaux de Kruger 2015 © Jack Hurault


Alors ne perdez pas de temps et venez les observer le matin et en fin de journée, pour les voir évoluer dans un immense enclos boisé.